ACTUALITES YAOUNDE, 5 novembre 2018 (Youpost – Xinhua) — Au total 79 élèves et trois membres du personnel scolaire d’une école secondaire ont été enlevés tard dimanche soir par des séparatistes armés dans la région camerounsaise du Nord-Ouest, a confirmé lundi le ministre camerounais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, joint au téléphone par Xinhua.
D’après M. Tchiroma, les mesures civiles et militaires ont été prises pour trouver les kidnappés avant de les libérer en sécurité.
Le Nord-Ouest est l’une des deux régions anglophones du Cameroun. Une mouvance séparatiste armée est active dans ces régions depuis plus d’un an.
Selon le ministre, l’objectif de l’enlèvement est d’obtenir une rançon. Il a qualifé ces séparatistes-ravisseurs de « terroristes ».
Dans la ville de Bamenda où l’incident a eu lieu, des parents se sont précipités à l’école après avoir appris la nouvelle de l’enlèvement de leurs enfants, a indiqué à Xinhua Stella Mbuh, un journaliste local.
« Les parents sont très inquiets. Certains sont en larme », a-t-il dit.
Le gouverneur du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, s’est rendu à l’école et a rencontré les parents et les enseignants.
Une vidéo publiée par un fameux séparatiste, Eric Tataw, montre que onze élèves étaient interrogés par des séparatistes armés.
Il a affirmé que le nombre d’élèves kidnappés était onze et qu’ils avaient été enlevés dimanche.
Les séparatistes armés avaient ordonné la fermeture d’écoles en zone anglophone pour mettre pression au pouvoir central. Des écoles avaient ainsi été incendiées par les militants de l’Ambazonie, l’Etat auto-proclamé par les séparatistes.
Depuis deux ans, la minorité anglophone, représentant 20% de la population du Cameroun, proteste contre ce qu’elle appelle la marginalisation et la francisation par le pouvoir central.
Depuis octobre dernier, cette protestation est devenue un mouvement sécessionniste armé, selon des observateurs locaux. Les affrontements armés entre les forces de sécurité camerounaises et ces séparatistes, désormais considérés par le gouvernement comme des terroristes, ont entraîné de lourdes pertes humaines et fait des milliers de déplacés. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.