ACTUALITES ROME, 15 octobre 2018 (Youpost – Xinhua) — Un nouveau rapport, lancé lundi par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), insiste sur le fait que les politiques ne devraient pas enrayer ou accélérer les migrations, mais plutôt exploiter au mieux le potentiel des migrations rurales en faveur du développement économique et social, tout en minimisant les coûts.
Le rapport sur la Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2018 indique que la migration doit être un choix et non une nécessité. La migration, l’agriculture et les politiques de développement rural devraient être cohérentes pour garantir une migration sûre, ordonnée et régulière.
Le rapport invite également à renforcer la paix et la résilience afin d’aider les communautés à mieux résister aux crises, de leur éviter de quitter leurs domiciles et de proposer des actions selon le contexte de chaque pays.
« Nous ne pouvons ignorer les défis et les coûts associés à la migration », a souligné M. José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, dans la préface du rapport. « L’objectif doit être de faire de la migration un choix, et non une nécessité et de maximiser les impacts positifs tout en minimisant les impacts négatifs », a-t-il ajouté.
« Dans de nombreuses situations, il semble logique de faciliter les migrations et d’aider les potentiels migrants à surmonter les contraintes qu’ils pourraient rencontrer, leur permettant ainsi de tirer profit de ce que la migration peut leur offrir. Au même moment, cela signifie également fournir des opportunités alternatives pour les migrants potentiels en milieu rural, sans oublier de promouvoir le développement dans les zones rurales ou encore dans leurs environs », a précisé M. José Graziano da Silva.
Les migrations internationales font la une des journaux, cependant le rapport indique que la migration interne est pourtant le phénomène le plus répandu: plus d’un milliard de personnes vivant dans les pays en développement se sont déplacées en interne, avec 80% des mouvements enregistrés dans les zones rurales.
Le rapport démontre que les migrations entre les pays en développement sont légèrement plus importantes que celles entre les pays en développement et les pays développés.
Par ailleurs, dans les pays à faibles revenus, les migrants internes ont cinq fois plus de chances de migrer à l’international que les personnes qui ne se sont pas déplacées du tout. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.