ACTUALITES ALGER, 18 mars 2019 (Youpost – Xinhua) — Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé lundi que la conférence nationale, ouverte à tous, et qu’il avait précédemment promis d’organiser, servira à produire des recommandations qui répondraient aux aspirations du peuple.
« Notre pays s’apprête à changer son régime de gouvernance et à renouveler ses systèmes politique, économique et social à la faveur de la Conférence nationale inclusive qui se tiendra dans un très proche avenir avec la participation de toutes les franges du peuple algérien », a écrit le chef de l’Etat dans un message adressé à la nation à la veille de la célébration de la fête de la Victoire (cessez-le-feu entre les armées algérienne et française en 1962).
Dans ce sens, il a ajouté dans sa lettre diffusée via les médias publics que « la mission de cette Conférence est d’autant plus sensible, que c’est à elle que revient la tâche d’émettre des décisions cruciales (dont) une révision constitutionnelle globale et profonde, laquelle sera soumise par référendum à l’approbation du peuple ».
Une « révision constitutionnelle (qui, selon lui,) préludera à un nouveau processus électoral qui verra l’élection d’un nouveau président ».
M. Bouteflika a en outre indiqué que la Conférence nationale développerait un nouveau modèle économique efficace qui libérerait le pays des prix fluctuants du pétrole et assurerait la continuité du modèle social du pays fondé sur la justice sociale et la solidarité, tout en lui permettant de mieux conserver son unité territoriale et sa sécurité.
Par ailleurs, le président sortant a exhorté son peuple et son armée à rester unis et à préserver la paix et la stabilité de l’Algérie, concluant qu’il était déterminé « à concrétiser avant la fin de mon parcours présidentiel (..) une transition harmonieuse et à assister à la remise de ses rênes à une nouvelle génération ».
Le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, a annulé l’élection présidentielle du 18 avril et s’est engagé à former un nouveau gouvernement chargé, à son tour, d’organiser la conférence nationale inclusive, destinée à élaborer une nouvelle constitution et organiser l’élection présidentielle.
C’est la deuxième fois que M. Bouteflika appelle les Algériens à participer à cette conférence nationale inclusive, son premier appel ayant été rejeté par les manifestants.
M. Bouteflika a demandé à l’ancien diplomate algérien Lakhdar Brahimi de promouvoir sa feuille de route pour une transition en douceur du pouvoir, tout en rencontrant des militants et des partis de l’opposition.
Cependant, les partis et personnalités de l’opposition ont refusé de rencontrer M. Brahimi, insistant sur le fait que la période de transition ne devrait être dirigée par aucun représentant du régime. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.