ACTUALITES ALGER, 20 mars 2019 (Youpost – Xinhua) — Les deux partis au pouvoir en Algérie, à savoir le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), se sont prononcés en faveur de la population, sortie dans la rue depuis le 22 février, pour réclamer un changement « radical » du système politique dans le pays.
S’exprimant lors de la réunion avec les cadres du parti, le coordinateur de l’instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, a indiqué mercredi que sa formation « soutient pleinement le mouvement populaire de contestation », ajoutant que la souveraineté du peuple a toujours été « la base du système de gouvernance en Algérie ».
Deux jours auparavant, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, avait adressée une lettre aux militants de sa formation à l’occasion de la tenue d’une réunion du bureau national, les appelant à prendre en charge les revendications pacifiques du peuple « dans les plus brefs délais pour éviter au pays tout dérapage ».
Rassemblés dans le cadre d’une alliance présidentielle, le FLN et le RND, joints par deux autres partis, le MPA et TAJ, ont fait front commun pour appeler le président sortant Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat. Le chef de l’Etat a répondu favorablement à leur appel, provoquant ainsi une vague de contestation sans précédent dans le pays.
Voyant la grogne populaire persister et prendre de l’ampleur d’une semaine à l’autre, M. Bouteflika a renoncé à sa décision, annoncé des réformes, sans pour autant réussir à calmer la rue. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.