, 15 mars 2019 (Youpost – Xinhua) — Les manifestations appelant à un changement « radical » du système politique en se sont poursuivies pour le quatrième vendredi consécutif et ce en dépit des mesures décidées au courant de la semaine par le président sortant et censées apaiser les esprits.
A comme partout ailleurs à travers le pays, des centaines de milliers de manifestants sont sortis dans la rue pour réclamer le « départ du système » politique en place, tout en s’opposant au « prolongement du 4e mandat » du président en exercice.
M. Bouteflika a annoncé lundi une série de mesures, dont son renoncement à briguer un cinquième mandat, le report de l’élection présidentielle et la nomination d’un nouveau gouvernement.
A travers cette initiative, il a promis d’ouvrir la voie à une transition en douceur du pouvoir et à la mise en place d’une « seconde République », tout en invitant toutes les parties à une conférence d’entente nationale, ouverte à tous, laquelle permettrait d’élaborer une nouvelle constitution pour le pays.
Annonçant l’annulation de l’élection présidentielle prévue le 18 avril prochain, le chef de l’Etat a également proposé une période de transition au cours de laquelle il resterait au pouvoir jusqu’à l’élection d’un nouveau président.
Mais à travers ces manifestations, la population refuse que la transition soit faite par « ceux qui ont gouverné le pays pendant des années », Abdelaziz Bouteflika étant arrivé au pouvoir en 1999. Dans l’ensemble, les manifestations se sont déroulées dans le calme. Les manifestants se sont d’ores et déjà donné le mot pour se rencontrer vendredi prochain et ce jusqu’à ce que le pouvoir cède devant leurs revendications. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.