ACTUALITES OUAGADOUGOU, 17 janvier 2019 (Youpost – Xinhua) — Le Conseil supérieur de la communication (CSC) , l’organe de régulation des médias, constate depuis quelque temps que le traitement de l’information sécuritaire dans certains organes de presse et sur les réseaux sociaux, est « de plus en plus préoccupant », a déclaré son président Me S. Mathias Tankoano.
Cette situation « se traduit par la publication ou la diffusion d’informations parfois erronées, non recoupées et ce, au mépris des règles éthiques et déontologiques en l’espèce », a expliqué le président du CSC dans un communiqué parvenu jeudi à Xinhua.
Le Conseil interpelle tous les acteurs médiatiques, y compris les internautes sur leur responsabilité sociale dans la publication ou la diffusion des informations de nature sécuritaire, a-t-il indiqué.
Selon M. Tankoano, le Conseil est conscient des nombreux efforts déployés par la plupart des rédactions pour la collecte, le traitement et la diffusion de l’information auprès des populations.
Toutefois, a-t-il ajouté, « le Conseil invite l’ensemble des médias à plus de vigilance dans le traitement des informations pouvant compromettre l’action de nos Forces de défense et de sécurité (FDS) sur le théâtre des opérations et mettre à mal la paix et la cohésion sociales dans notre pays ».
Il invite aussi les utilisateurs/animateurs des réseaux sociaux à la modération dans leurs déclarations et commentaires en gardant à l’esprit l’intérêt supérieur de la Nation.
Le Conseil invite les uns et les autres à s’inscrire dans une dynamique de consolidation d’un pays uni.
Le Burkina Faso, pays sahélien d’Afrique de l’Ouest longtemps épargné par le terrorisme, est confronté depuis 2015 à une recrudescence des attaques sur son territoire, notamment à ses frontières avec le Mali, le Niger et le Bénin. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.