NEW YORK (Nations Unies), 15 avril (Xinhua) — Au moins 1,6 million d’enfants ont besoin d’une aide d’urgence – en matière de santé, de nutrition, de protection, d’éducation, d’eau et d’assainissement – un mois après que le cyclone Idai a ravagé des régions du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe, a déclaré lundi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
« Toute interruption prolongée de l’accès aux services essentiels pourrait entraîner des épidémies et des pics de malnutrition, auxquels les enfants sont particulièrement vulnérables », a averti l’UNICEF dans un communiqué.
Les besoins humanitaires restent énormes, selon l’UNICEF. Au Mozambique 1 million d’enfants ont besoin d’aide, plus de 443.000 au Malawi et 130.000 au Zimbabwe.
« Le chemin de relèvement sera long. Il est impératif que les partenaires humanitaires soient présents à chaque étape du processus. Nous devons aider les enfants et les familles à survivre et à se remettre sur pied », a affirmé la directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore.
Depuis le passage du cyclone, le Mozambique a déjà enregistrés 4.600 cas de choléra et quelques 7.500 cas de paludisme, a signalé l’agence onusienne.
L’accès aux services pour les plus de 130.000 enfants qui sont toujours déplacés à la suite du cyclone, préoccupe particulièrement l’UNICEF. La plupart d’entre eux se trouvent au Mozambique et au Malawi. Rien qu’au Mozambique, plus de 200.000 maisons ont été détruites par la tempête.
« Les enfants qui vivent dans des abris surpeuplés ou loin de chez eux risquent d’être malades, exploités et maltraités », a déclaré Henrietta Fore, qui a visité Beira immédiatement après le passage du cyclone.
Dans les trois pays, les eaux de crue ont largement reculé et certaines familles touchées ont commencé à rentrer chez elles. Pourtant, des milliers de personnes restent dans des camps d’évacuation parce que leurs maisons ont été endommagées ou détruites. La sécurité alimentaire est également un problème majeur car la tempête a frappé quelques semaines avant la récolte et détruit les récoltes.
L’UNICEF et ses partenaires continuent de répondre aux besoins humanitaires urgents des enfants et des familles.
L’UNICEF a fourni des informations essentielles à plus de 60.000 personnes pour prévenir les maladies d’origine hydrique et, à partir du 15 avril, lancera une campagne de vaccination contre le choléra en partenariat avec les autorités zimbabwéennes et l’OMS, pour protéger plus de 480.000 personnes. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.