ACTUALITES , 20 janvier 2019 (Youpost – Xinhua) — De nombreux rassemblements à l’initiative des «  » ont encore eu lieu samedi à et dans plusieurs grandes villes de . Ce dixième samedi consécutif de mobilisation, qui s’est déroulé sans grands incidents – malgré quelques heurts – intervient seulement quatre jours après le lancement du « grand débat national » qui est censé apporter des réponses à la colère de ce mouvement.
Ce grand débat lancé lundi dernier par le gouvernement n’a pas entamé la détermination des « gilets jaunes », qui ont de nouveau mobilisé samedi à Paris et en province contre la politique du gouvernement et les injustices sociales.
L’acte X de la mobilisation a ainsi réuni 84.000 manifestants dans toute la France, dont 7.000 à Paris, a indiqué samedi soir le ministère de l’intérieur. Soit autant que la semaine dernière.
Une mobilisation record a été enregistrée à Toulouse avec 10.000 manifestants, selon la préfecture de police, alors que l’on note une légère baisse à Paris avec 7.000 manifestants contre 8.000 la semaine dernière.
Les forces de l’ordre ont procédé à 30 interpellations à Paris et 17 personnes ont été placées en garde à vue, a indiqué la préfecture de police.
La manifestation parisienne, partie des Invalides en direction de la place d’Italie, s’est déroulée dans le calme. A la différence des rassemblements précédents, les « gilets jaunes » sont apparus plus organisés, avec un service de sécurité qui s’interpose afin d’éviter des affrontements avec forces de l’ordre. Des équipes médicales volontaires ont également été constituées.
« Ce que l’on observe, c’est que de plus en plus les manifestations commencent à être déclarées et si les ‘gilets jaunes’ ajoutent à cela un service d’ordre comme on a pu le voir ici ou là, on constate que les scènes de violence qu’on a pu observer les semaines précédentes sont beaucoup moins nombreuses », a indiqué samedi sur CNews, Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie.
Par contre, la situation a été beaucoup plus tendue en région, notamment à Bordeaux, Toulouse, Rennes, Marseille et Lyon où de violents heurts ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre. Plusieurs interpellations ont eu lieu, selon les préfectures concernées, ainsi que des blessés.
Une des réponses du gouvernement à la mobilisation des « gilets jaunes » est le grand débat national lancé par le président . Mais ce dialogue pourtant en cours ne semble pas intéresser les « gilets jaunes » toujours très mobilisés.
« Le grand débat, c’est de l’enfumage. Il parle avec les maires, mais c’est pas les maires qui sont dans la rue, c’est les citoyens », a réagi samedi l’un des manifestants dans une vidéo postée par le qutodien Le Parisien.
Le président « ne veut pas répondre aux questions essentielles que l’on pose, donc grand débat ou pas, ça ne change rien. On continue dans notre lancée », a également déclaré sur la chaîne RT France Eric Drouet, l’une des figures des « gilets jaunes ».
De son côté, M. Macron a multiplié les rencontres sur le terrain dans le cadre du grand débat national et répondu indirectement à certaines questions comme le Référendum d’initiative citoyenne (RIC) ou encore le rétablissement de l’ISF soulevées par les « gilets jaunes ».
« Je suis tout à fait ouvert à discuter du RIC et de l’ISF, mais ce n’est pas ça qui nous réglera le problème de chômage de masse », a dit vendredi M. Macron lors de sa rencontre à Souillac dans le Lot (sud-ouest) avec 600 maires d’Occitanie.
Trois jours plus tôt, il avait donné le coup d’envoi de ce grand débat national devant 600 maires normands réunis dans le gymnase de la commune de Grand Bourgtheroulde dans l’Eure. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.