Par Jamil Bhatti

ISLAMABAD, 13 juin (Xinhua) — La Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA) vieille de 27 ans, est une plateforme susceptible de conduire l’Asie vers une sécurité commune, globale, coopérative et durable, a déclaré un expert pakistanais dans une interview accordée à Xinhua.
Umar Farooq, professeur en relations internationales à l’Université Bahauddin Zakariya du Pakistan, a fait ces remarques à la veille du cinquième sommet de la CICA qui se tiendra les 14 et 15 juin à Douchanbé, capitale du Tadjikistan.
Selon lui, la CICA aiderait ses membres à promouvoir conjointement la sécurité en Asie à condition d’innover dans les concepts de sécurité et de construire une nouvelle architecture de coopération régionale en la matière, comme l’a demandé la Chine lors du dernier sommet de la CICA en mai 2014 à Shanghai.
L’Asie est maintenant confrontée à davantage de défis qu’avant, mais elle s’est aussi transformée en l’une des régions les plus prometteuses et plus dynamiques du monde, qui est capable de résoudre ses propres problèmes par le biais du mécanisme de la CICA, a indiqué le professeur.
« Au cours de la dernière décennie, la paix, le développement et la coopération mutuellement bénéfique sont devenus les principales tendances de la région », a-t-il déclaré.
Les progrès réalisés aideront à relever les défis auxquels l’Asie fait actuellement face dans des domaines tels que la sécurité, l’économie, la population, l’environnement, la sécurité alimentaire et la pauvreté, a-t-il poursuivi.
En ce qui concerne la sécurité régionale, le professeur a constaté que l’Asie avait été au cours des cinq dernières années « la région la plus vulnérable et la plus touchée par le terrorisme », mais que « les principaux pays asiatiques tels que la Russie et la Chine ont fait preuve de leur responsabilité et leur maturité pour résoudre ces problèmes » en améliorant la coopération en matière de sécurité.
Les efforts récents de certains pays pour poursuivre l’unilatéralisme, l’isolationnisme et l’anti-mondialisation constituent l’une des principales menaces à la stabilité asiatique et mondiale, a indiqué le professeur.
De tels efforts constituent une tendance dangereuse qui ne profite à personne et qui risque d’entraîner un désastre économique de grande ampleur conduisant à une instabilité mondiale et même à des conflits, a estimé le professeur en rappelant des exemples historiques.
L’unité et la coopération au sein de la CICA devrait permettre aux pays asiatiques de relever ces multiples défis avec succès, a-t-il affirmé.
La CICA a été créée en 1992 en tant qu’instance de dialogue et de consultation sur les questions de sécurité en Asie.
Pour que le mécanisme puisse continue à jouer un rôle important et constructif face aux nouveaux défis, la Chine a proposé la vision d’une sécurité commune, globale, coopérative et durable en Asie, appelant à des efforts communs et à une coopération mutuellement bénéfique.
Aux yeux de M. Farooq, les membres de la CICA devraient renforcer la confiance mutuelle, entretenir le dialogue et les échanges ininterrompus, et partager des informations dans le cadre de la coopération continue.
La paix et le développement sont deux aspects étroitement liés et ils doivent être poursuivis simultanément afin d’assurer une coopération gagnant-gagnant et durable, a-t-il noté.
La montée de l’anti-mondialisation dans certains pays doit être un sujet clé de la CICA, qui nécessite l’élaboration d’une contre-stratégie, a-t-il ajouté.
M. Farooq s’est dit convaincu que l’initiative la Ceinture et la Route (ICR) proposée par la Chine en serait une solution, la décrivant comme un ensemble de projets détaillés, qui avait déjà prouvé sa valeur avec des perspectives solides de développement et de stabilité. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.