ACTUALITES BEIJING, 16 mai 2019 (Youpost – Xinhua) — Le discours prononcé mercredi par le président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence sur le dialogue des civilisations asiatiques (CDCA) a été beaucoup salué, inspirant l’espoir d’un avenir meilleur pour l’Asie et l’humanité.
Lors de ce grand événement, le président chinois a déclaré que les défis mondiaux de plus en plus intenses nécessitent des efforts conjugués de la part des pays, mettant en avant les rôles importants de la culture et de la civilisation pour y répondre.
L’histoire nous enseigne que forcer la supériorité d’un seul peuple et d’une seule culture provoque de graves tragédies pour l’humanité, a mis en garde Luigi Gambardella, président de ChinaEU, association internationale jouant le rôle d’incubateur pour les startups novatrices du numérique basée à Bruxelles. Il a précisé que les principes du respect mutuel et de l’égalité doivent être respectés par tous afin de relever les défis partagés.

LE DIALOGUE EGAL CONTRIBUE A L’APPRENTISSAGE MUTUEL
La CDCA, largement saluée, a été considérée comme une nouvelle plate-forme pour que les civilisations en Asie et au-delà s’engagent en faveur du dialogue et des échanges sur un pied d’égalité et facilitent l’apprentissage mutuel.
Dans son allocution inaugurale, le président chinois a fait une proposition en quatre points pour consolider le « fondement culturel » de la construction conjointe d’une communauté de destin pour l’Asie et l’humanité, à savoir : faire preuve de respect mutuel et traiter à égalité chaque civilisation ; apprécier la beauté de toutes les civilisations ; adhérer à l’ouverture, à l’inclusivité et à l’apprentissage mutuel ; et évoluer avec son temps.
« Ce que l’on a entendu encore et encore dans cette conférence, c’est la nécessité du respect mutuel », a conclu Peter Frankopan, professeur à l’Université d’Oxford, évoquant l’importance pour le monde de s’entendre et de collaborer plus étroitement ensemble.
« C’est une très bonne initiative d’avoir un dialogue entre les civilisations à un moment où beaucoup de choses qui se passent sont liées à la diversité religieuse et économique », a indiqué pour sa part l’universitaire indien Satyendra Kumar Upadhyay.
« Il est insensé de croire que la race et la civilisation des uns sont supérieures à celles des autres, et il est désastreux de remodeler volontairement ou même de remplacer les autres civilisations », a mis en garde M. Xi dans son discours.
Davantage d’ouverture réciproque et d’efforts pour les échanges entre peuples et l’apprentissage mutuel renforceront les liens culturels entre civilisations, a estimé Fabio Massimo Parenti, professeur à l’Institut international Lorenzo de’ Medici à Florence, en Italie.
Une telle approche porterait ses fruits si nous rejetions tous les attitudes de supériorité, a-t-il ajouté.

LES CIVILISATIONS N’ONT PAS A S’AFFRONTER
La conférence s’est déroulée à une époque où certains pays ont recours à l’argument du « choc des civilisations » dans un contexte de protectionnisme et d’unilatéralisme montants.
M. Xi a soutenu que les diverses civilisations ne sont pas destinées à s’affronter tant que leurs peuples sont capables d’apprécier la beauté de toutes les civilisations, ce qui est devenu un sujet d’actualité après son discours.
Bundit Limschoon, secrétaire général du Dialogue pour la coopération asiatique, a déclaré qu’il fallait faire preuve de plus de tolérance. Cela nous aiderait à ouvrir notre esprit et à apprendre les uns des autres, a-t-il ajouté.
La Chine dit « non » au soi-disant « choc des civilisations » et voit la beauté de chaque civilisation. Comme l’a indiqué le président Xi, un grand nombre d’œuvres culturelles majeures en provenance d’autres pays sont amenées en Chine, et beaucoup d’œuvres culturelles chinoises sont présentées à d’autres pays.
« Les chocs de civilisations ne surviendront que si les gens s’attendent à ce qu’ils se produisent. C’est une prophétie auto-réalisatrice », selon Ole Doring, un expert allemand de l’Institut berlinois de la santé internationale. « Je ne pense même pas que ce puisse être appelé une théorie, c’est simplement une fausse prédiction. »

LA CHINE FAIT CE QU’ELLE DIT
Beaucoup de personnes estiment de la Chine qu’elle se positionne plus dans l’action que la discussion, et elles affirment que le géant asiatique collabore avec d’autres pays afin de réaliser ses propositions de dialogue tandis que les civilisations et leurs peuples rêvent d’une vie meilleure. Cela se traduit par l’évocation fréquente de l’Initiative « la Ceinture et la Route » (ICR) proposée par la Chine et d’une communauté de destin pour l’Asie et l’humanité.
La culture « est un instrument important de promotion de la connectivité entre les peuples des différents pays, elle contribue fortement à la meilleure compréhension et au tissage de relations plus étroites entre les peuples du monde », a affirmé Bosengkham Vongdara, ministre laotien de l’Information, de la Culture et du Tourisme.
« (Cette notion) est mise en avant dans divers aspects des politiques de l’ICR », a-t-il ajouté.
M. S. Siddiqui, un économiste bangladais qui partage cet avis, a pour sa part relevé que la connectivité de l’ICR « renforcera la connexion mondiale et que le monde disposera de plus d’installations de communication pour échanger des connaissances et partager la culture afin d’enrichir la communauté asiatique et internationale ».
La Chine, en tant que civilisation ouverte dotée d’une très longue histoire, sert de « catalyseur pour la stabilité et le développement qualitatif » au 21e siècle, a analysé David Gosset, expert français des relations internationales et de la Chine.
La proposition du président Xi de bâtir une communauté de destin partagé est « pour nous tous une source d’inspiration », a-t-il conclu. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.