ACTUALITES OTTAWA, 12 février 2019 (Youpost – Xinhua) — Le Premier ministre canadien Justin Trudeau donnera une conférence de presse un peu plus tard dans la journée de mardi, afin de répondre à toutes les questions relatives à la démission de la ministre des Anciens combattants Jody Wilson-Raybould, selon un communiqué du bureau du Premier ministre.
Lundi soir, le Premier ministre s’est entretenu avec Mme Wilson-Raybould, qui lui a communiqué sa démission. Le Premier ministre a convoqué mardi matin une réunion du conseil des ministres pour informer ses collègues de cette démission, indique le communiqué.
Le document précise que le ministre de la Défense Harjit Sajjan prendra immédiatement en charge le poste de ministre par intérim des Anciens combattants.
« En tant que membre du cabinet, c’est avec un coeur lourd que j’ai remis ma lettre de démission au Premier ministre », a indiqué Mme Wilson-Raybould sur Twitter.
Sa démission fait suite à une enquête parlementaire qui vise en ce moment à déterminer si M. Trudeau – ou un autre membre de son équipe – a ou non demandé à Mme Wilson-Raybould d’abandonner les poursuites ouvertes contre SNC-Lavalin à l’époque où elle était ministre de la Justice et Procureure générale.
Mario Dion, Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, a déclaré lundi qu’il estimait que la loi avait potentiellement été transgressée dans cette affaire, et qu’il allait commencer à enquêter sur ces allégations.
Cette démission intervient à peine un jour après que M. Trudeau a déclaré que la présence de Mme Wilson-Raybould au sein de son cabinet montrait aux Canadiens qu’elle n’avait pas de motif d’insatisfaction vis-à-vis du gouvernement.
La démission de la ministre va probablement déboucher sur un nouveau remaniement ministériel.
Jeudi dernier, le journal canadien The Globe and Mail a rapporté que lorsqu’elle était Procureure générale, Mme Wilson-Raybould avait subi des pressions de la part du bureau du Premier ministre. Ces pressions lui auraient notamment demandé de contourner la décision du parquet d’ouvrir des poursuites contre SNC-Lavalin, et d’intervenir en faveur d’une entente à l’amiable.
L’entreprise SNC-Lavalin est notamment accusée d’avoir soudoyé des responsables libyens entre 2001 et 2011 pour obtenir des contrats. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.