ACTUALITES WASHINGTON, 12 janvier 2019 (Youpost – Xinhua) — La fermeture partielle du gouvernement fédéral américain (shutdown) sur fond de différend concernant le financement du mur frontalier demandé par le président Donald Trump est devenu le plus long de l’histoire américaine en entrant dans son 22e jour samedi.
Aucun compromis n’est en vue, aucun accord ne se dessine et aucune solution alternative simple n’est envisagée.

SALAIRE NON PAYE

Il semblerait que seuls des grognements puissent être entendus, notamment parmi les quelque 80.000 employés fédéraux qui ont été forcés à prendre des congés sans solde ou à travailler sans salaire pendant le « shutdown » entamé le 22 décembre dernier.
La fermeture a officiellement atteint leur porte-monnaie vendredi pour la première fois quand ils n’ont pas touché leur paie.
Plus tôt dans la journée, le Congrès américain a envoyé au bureau de M. Trump un projet de loi approuvé par le Sénat et visant à assurer le paiement rétroactif des salaires des employés fédéraux non rémunérés en raison du « shutdown » en cours. Toutefois, 78% des travailleurs américains déclarent qu’ils comptent chaque mois sur leur salaire pour assurer leur quotidien, selon un rapport publié en 2017 par CareerBuilder, un site Internet consacré à l’emploi.
L’Association nationale des contrôleurs du trafic aérien des Etats-Unis (NATCA) a poursuivi vendredi le gouvernement fédéral en justice, affirmant qu’il avait « illégalement privé les membres de la NATCA de leurs salaires gagnés sans procédure régulière » au cours du « shutdown ».
Selon un sondage publié vendredi par NPR/Ipsos, environ sept Américains sur dix, dont une majorité de Républicains, estiment que la paralysie du gouvernement est « gênante pour le pays » et nuira à l’économie. Seuls trois sur dix pensent que le gouvernement devrait rester fermé jusqu’à ce qu’un financement soit prévu pour la construction d’un mur le long de la frontière américano-mexicaine.

PAS DE SOLUTION FACILE

Les négociations autour du financement du mur se trouvent dans l’impasse du fait de la fermeture du gouvernement en cours et aucune solution alternative facile n’est en vue.
Vendredi, M. Trump a affirmé que la déclaration d’une urgence nationale était un moyen facile de mettre fin au « shutdown », même s’il « ne le ferait pas si vite » et préférerait ne pas y avoir recours.
Selon les médias locaux, la raison pour laquelle M. Trump hésite maintenant est qu’il croit que son administration sera poursuivie en justice et qu’une telle action sera bloquée par la cour fédérale.
De nombreux législateurs républicains craignent également qu’une solution d’urgence nationale ne constitue un mauvais précédent pour un futur président démocrate.
M. Trump s’est lui-même mis dans l’impasse avec sa demande de 5,7 milliards de dollars pour financer un mur le long de la frontière américano-mexicaine, ce qui était la principale promesse de campagne qu’il avait faite en juin 2015 lorsqu’il avait annoncé sa décision de se présenter à la présidentielle.
Les Démocrates ont fixé leur plafond à 1,3 milliard de dollars et ont insisté pour que cet argent soit utilisé pour un grillage au lieu d’un mur en béton. Ils ont promis de bloquer tout financement du mur, accusant M. Trump d’avoir « fabriqué » une crise à la frontière.
Plus tôt vendredi, les Démocrates de la Chambre des représentants, avec dix Républicains, ont adopté un projet de loi visant à rouvrir le ministère de l’Intérieur, l’Agence de protection de l’environnement et le service des forêts. Mais le projet de loi n’aboutira probablement pas puisque le chef de la majorité du Sénat, Mitch McConnell, a insisté sur le fait qu’il ne mettrait en place aucune mesure de financement sans le soutien de M. Trump. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.