ACTUALITES WASHINGTON, 13 février 2019 (Youpost – Xinhua) — Une juge fédérale américaine a déclaré mercredi que Paul Manafort, l’ancien directeur de la campagne présidentielle de Donald Trump, avait menti à plusieurs reprises devant le procureur spécial Robert Mueller et le FBI.
M. Manafort « a fait intentionnellement de multiples fausses déclarations » concernant des questions liées à l’enquête de M. Mueller sur l’ingérence présumée de la Russie lors des élections américaines de 2016, a déclaré Amy Berman Jackson de la cour de district du District de Columbia.
Lors d’une audience à huis clos, la juge a estimé qu’il y avait une « prépondérance » de preuves montrant que M. Manafort avait menti sur trois sujets distincts, dont ses échanges avec son ancien partenaire d’affaires Konstantin Kilimnik, selon les médias locaux.
Cette décision signifie que le gouvernement fédéral n’est plus lié par sa promesse de clémence en vertu de l’accord de plaider coupable conclu avec Paul Manafort en échange de sa coopération dans le cadre de l’enquête. Il ne pourra donc pas être crédité pour sa coopération avec les procureurs.
Agé de 69 ans, cet ancien un lobbyiste républicain expérimenté avait rejoint l’équipe de campagne de M. Trump en mars 2016, en étant même à sa tête pendant trois mois jusqu’à la mi-août de la même année.
Il a été reconnu coupable l’an dernier de fraude fiscale et de fraude bancaire lors d’un procès devant un tribunal fédéral de Virginie et a par ailleurs plaidé coupable à Washington pour d’autres chefs d’accusation.
Il devrait connaître sa condamnation dans cette dernière affaire le 13 mars prochain. Selon les médias locaux, il est par ailleurs dans l’attente d’une sentence pour son procès en Virginie. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.