ADDIS-ABEBA, 6 avril (Xinhua) — L’Union africaine a réitéré vendredi la nécessité d’un processus appartenant et dirigé par la Libye et conduisant à la création d’un nouveau régime politique dans le pays d’Afrique du Nord déchiré par la guerre.
Le bloc panafricain a fait cette déclaration à la suite de la visite du président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, en Libye plus tôt cette semaine, a déclaré l’Union africaine dans un communiqué publié vendredi.
M. Faki a tenu ces propos lors de sa rencontre avec Fayez Mustafa al-Sarraj, président du Conseil présidentiel libyen et Premier ministre du gouvernement d’entente nationale, a précisé l’UA.
Le président de la Commission de l’UA a « souligné les principes directeurs de l’approche de l’Union africaine, principalement la nécessité d’un processus appartenant et dirigé par la Libye et conduisant à la création d’un nouveau régime politique dans le pays, en soutien à l’initiative dirigée par l’ONU », ajoute le communiqué du bloc.
M. Faki a également « renouvelé son appel à tous les acteurs externes pour qu’ils s’abstiennent de toute ingérence dans les affaires intérieures de la Libye ».
Il a en outre souligné « la volonté et l’engagement continus de l’Union africaine à coopérer pleinement avec l’ONU et d’autres partenaires pour aider le peuple libyen à parvenir à la paix, à la réconciliation et au développement ».
De son côté, M. Al-Sarraj a exprimé son soutien à l’initiative de l’Union africaine d’organiser en juillet 2019 une conférence de réconciliation nationale à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie, afin de soutenir le processus de dialogue national dirigé par l’ONU.
Il s’est par ailleurs déclaré prêt à mettre conjointement en place un mécanisme préparatoire pour assurer le succès de la Conférence. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.