ACTUALITES GENEVE, 24 avril 2019 (Youpost – Xinhua) — A l’issue d’une visite intensive de quatre jours dans la Silicon Valley, en Californie, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, a exhorté les Etats à adopter un « mélange intelligent de mesures pour réglementer les nouvelles technologies ».
Mme Bachelet a annoncé mercredi son intention de lancer un projet pour aider les entreprises technologiques à intégrer les principes internationaux établis des droits humains dans leurs pratiques.
« La réglementation des nouvelles technologies doit être souple et capable d’évoluer pour répondre aux besoins changeants de ce secteur », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse à son retour à Genève.
Selon la Haut-Commissaire, on ne peut se permettre de sous-estimer l’urgence de trouver des solutions à certaines des menaces imprévues et peut-être importantes qui pèsent sur les droits de l’Homme en raison des progrès technologiques.
« La technologie peut, et doit être, une question de progrès. Mais les forces extrêmement envahissantes qui sont libérées risquent de causer des dommages incalculables s’il n’y a pas suffisamment de contrôles en place pour respecter les droits de l’Homme », a-t-elle ajouté.
Lors de sa visite dans la Silicon Valley du 15 au 18 avril, la cheffe des droits de l’Homme de l’ONU s’est entretenue avec des dirigeants de grandes entreprises technologiques, notamment Apple, Facebook, Google, Microsoft et Salesforce.
Mme Bachelet a également discuté des défis – et des opportunités – posés par les nouvelles technologies avec des experts et des étudiants des universités de Stanford et de Berkeley, ainsi qu’avec des organisations de la société civile, des diplomates, des philanthropes, des technologues et des entrepreneurs travaillant sur des questions techniques. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.