ACTUALITES WASHINGTON, 5 février 2019 (Youpost – Xinhua) — Le président américain Donald Trump a assuré mardi soir lors de son discours sur l’état de l’Union qu’il mènera à bien son projet de construction d’un mur à la frontière américano-mexicaine, bien qu’une lutte acharnée l’oppose à un Congrès divisé sur la question du financement de cet ouvrage.
« Par le passé, la plupart des gens dans cette pièce ont voté pour un mur, mais le mur adéquat n’a jamais été construit. Je le ferai construire », a-t-il lancé devant une session conjointe du Congrès tenue à la Chambre des représentants.
M. Trump a précisé que ce mur frontalier sera « une barrière d’acier intelligente, stratégique et transparente, pas un simple mur en béton », ajoutant que l’ouvrage « sera déployé dans les zones identifiées par les agents frontaliers comme en ayant le plus besoin ».
C’est pourtant un désaccord entre la Maison Blanche et les parlementaires démocrates sur l’octroi de 5,7 milliards de dollars destinés à financer sa construction qui a abouti à un « shutdown », la fermeture partielle de l’administration fédérale de 35 jours, un record, lequel a temporairement pris fin le 25 janvier.
Des parlementaires des deux partis sont en train de négocier un accord sur la sécurité frontalière afin d’éviter un nouveau « shutdown », se donnant jusqu’au 15 février pour y parvenir.
Donald Trump a appelé mardi soir les républicains et les démocrates à « conjuguer leurs forces » pour faire face à « une urgence nationale ». Mais les élus démocrates ont rejeté toute idée de construire un mur frontalier, qualifiant ce projet de coûteux, inefficace et « immoral ».
Le président américain n’a pas évoqué au cours de son discours l’urgence nationale qu’il a menacé de proclamer au cas où les démocrates ne lui donneraient pas leur feu vert au financement de son mur tant désiré.
Une telle proclamation lui permettrait de contourner l’approbation du Congrès et de réaffecter des fonds déjà votés pour d’autres objectifs, probablement en puisant dans ceux du Pentagone, en faveur de la construction de ce mur. Mais cela risquerait alors de provoquer de vives réactions politiques, des poursuites en justice et d’éventuelles divisions au sein du Parti républicain.
Un nouveau « shutdown » semble inévitable si M. Trump ne proclame pas d’urgence nationale et si les démocrates refusent à nouveau de financer son projet de mur frontalier. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.