ACTUALITES TUNIS, 17 avril 2019 (Youpost – Xinhua) — Passant de 750 000 logements en 1957 à 2,88 millions en 2009 pour atteindre 3,29 millions en 2017, le parc de logements en Tunisie impose de plus en plus le recours à une stratégie qualitative pour assurer une gestion rationnelle des ressources naturelles et une meilleure valorisation des substances utiles déjà abondantes dans le pays.
Ces chiffres ont été révélés, mercredi à Tunis lors d’un point de presse en marge d’un atelier sur la construction durable en Tunisie, par Ghada Jalali, haut-cadre au ministère tunisien de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire et Nahla Ouni, cadre au ministère tunisien des Affaires locales et de l’Environnement.
« L’ensemble des intervenants dans le domaine de la construction doivent être conscients de l’importance de la construction durable (…) il est indispensable aussi de revoir la réglementation et de prévoir des sanctions pour faire face aux dépassements », a affirmé Mme Jalali.
En effet, il en ressort qu’à l’exception de quelques projets pilotes réalisés, dans certains provinces, « nous remarquons dans la plupart des cas un décalage entre les études présentées et les travaux réels de construction, lesquels ne respectent généralement pas les critères et les obligations de la construction durable », a-t-elle regretté.
Mme Ouni a quant à elle souligné que « la construction durable conduit au plus faible impact environnemental possible ».
Pour le géologue Seif Snoussi, la Tunisie dispose de potentialités énormes dans le domaine des substances utiles, lesquelles sont localisées essentiellement dans les régions les plus défavorisées du pays et dont la qualité est irréprochable.
Il a fait remarquer que « tous les sites archéologiques de la Tunisie, qui existent encore de nos jours, ont été construits à partir de ces substances ».
« La Tunisie est riche en calcaire, argile, sable, gypse, sels et plein d’autres substances dont l’exploitation est très diversifiée dans le domaine de la construction, de l’industrie, voire du bien être […] Mais, malheureusement, ce sont des produits non valorisés », a-t-il déclaré.
D’après Dorra Samil, architecte tunisienne, l’avenir de la construction durable en Tunisie reste encore « floue » et sa relance reste incertaine. Car, la Tunisie disposent de dix cimenteries et 166 briqueteries, ce qui fait que 99% des constructions ont été réalisées à partir de briques.
L’architecte tunisienne a fermement recommandé une inscription plus ancrée dans une « pensée globale du destin écologique » de la Tunisie, pour ainsi « dépasser les petites initiatives vers des projets de planification nationaux ».
Il est nécessaire d’opter pour une refonte de la formation des formateurs, de prévoir la mise en place des mesures d’incitation fiscales, ainsi que d’étudier la possibilité de la mise en place d’un code de protection de l’environnement, a-t-elle déclaré. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.