ACTUALITES JOHANNESBURG, 13 décembre 2018 (Youpost – Xinhua) — L’ancien président sud-africain, Jacob Zuma, n’a pas droit à un financement public pour contester les poursuites criminelles le visant et doit commencer à régler ses propres frais de justice, a déclaré jeudi à Pretoria la Haute Cour de la province de Gauteng (nord) d’Afrique du Sud.
« Les décisions prises par la présidence et le procureur général en vertu desquelles l’État couvrait les frais juridiques engagés par M. Zuma à titre personnel dans les procédures interlocutoires et annexes liées aux poursuites criminelles dont il fait l’objet sont réexaminées et rejetées, » a déclaré le juge suppléant Aubrey Ledwaba.
M. Ledwaba a ordonné que le procureur général détermine le montant des frais juridiques engagés par M. Zuma depuis 2005. Selon certaines estimations, l’État aurait versé plus de 15 millions de rands (environ 1 million de dollars américains) pour les frais juridiques engagés par M. Zuma depuis 2005.
Le juge Dunstan Mlambo considère comme abusif que des millions soient détournés des caisses de l’État pour financer les frais juridiques engagés par M. Zuma.
M. Zuma fait l’objet de 16 chefs d’inculpation, notamment pour racket, corruption, blanchiment d’argent et fraude liée à un accord portant sur des ventes d’armes, conclu par le gouvernement en 1999.
En mars 2018, les partis de l’opposition, notamment l’Alliance démocrate et les Combattants pour la liberté économique ont déposé des documents auprès d’un tribunal afin qu’il examine et rejette la décision, prise par l’État, de financer les frais juridiques engagés à titre personnel par M. Zuma. Fin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.